Pourquoi AUX 2 TABLES? parce que l'homme ne vit pas que de pain....

Qui êtes-vous ?

Ma photo

 Bienvenue sur mon blog "AUX 2 TABLES", où nourritures terrestres et nourritures célestes se côtoient. Sentez-vous libre de grignoter, goûter, déguster l'une ou l'autre selon votre appétit...

jeudi 31 octobre 2013

Saint Quentin


Saint Quentin
Crypte église de Saint Quentin.


Quintinus serait le fils d'un sénateur romain du nom de Zénon. Il demande au pape Marcellin de l'autoriser à évangéliser les habitants de la Picardie. Il part donc prêcher ; on le rencontre à Amiens en compagnie de quelques chrétiens. Sa foi est grande, comme le prouve sa conduite en tous points louable. Il baptisait sur les places, et, dit-on, guérissait miraculeusement les «perclus» rhumatisants, les «enflés» hydropiques et d’autres malades (aveugles et bronchiteux).

L'empereur Maximien et son préfet Rictiovare ménagent peu les prédicateurs de la nouvelle religion. Sommé de mettre un terme à ses pratiques, Quintinus refuse de se soumettre et de sacrifier aux dieux païens.

Rictiovare l'emprisonne alors à Amiens. Il est martyrisé, notamment par l’enfoncement de broches dans les épaules (visibles sur le buste du saint qui figure sur le blason de la ville).

Le supplice des broches

Semblant ignorer la douleur, Quentin prie. Ses tortionnaires ressentent les souffrances qu'ils souhaitaient à leur supplicié ; alors on croit à de la magie et d'autant plus facilement que les geôliers se convertissent tandis que Quintinus est mystérieusement délivré. 

Repris et soumis à de plus cruelles tortures, il parait ne pas les subir et Rictiovare s'acharne sur lui en vain. On décide de transférer le condamné à Rome. Augusta est sur le chemin qui mène à cette ville. Quintinus y est détenu dans une tour située en haut de la rue Émile Zola (détruite de nos jours).

Étant emprisonné, et souffrant de la soif, Quintinus aurait fait jaillir dans son cachot même, qui était sous terre, une fontaine. (On lui attribue pareillement une autre fontaine miraculeuse dans une cour, à Marteville, où il a dû passer, venant d'Amiens sous escorte). Colliette rapporte que des «enflés», des hydropiques, venaient boire et demander la guérison à la fontaine du cachot, qui existait encore au XVIIe siècle.

Longtemps, une sculpture de bois (le Petit Saint-Quentin) rappellera le séjour que le martyr effectua dans la cité qui portera son nom : en 1917, les Allemands enlèvent la statue, remplacée depuis par un bas-relief de Gabriel Girodon.

La décollation du Saint
Augusta est la dernière étape du voyage de Quentin : Rictiovare, excédé, lui fait trancher la tête, et, pour ne pas attirer de pèlerins autour du tombeau, il fait jeter tête et corps dans la Somme. Ceci se passe en 287.


Cinquante-cinq ans plus tard, une dame romaine, Eusébie, voit en songe Dieu qui lui ordonne de se rendre à Augusta.
Eusébie
Là, le miracle s'accomplit : le corps et la tête du saint émergent des eaux qui les avaient engloutis. D'aveugle qu'elle était, Eusébie retrouve l'usage de ses yeux.

Quand on veut transporter les reliques à Vermand, le convoi se fait si lourd qu'il est impossible de le mener au delà de la colline. On élève une chapelle qui cédera la place à plusieurs églises successives. 
Le Bourg de Saint-Quentin naît progressivement autour de ce lieu saint. Les fidèles viennent prier et les malades croient une guérison miraculeuse possible. Les pèlerinages s'organisent.
 
Au préfet romain qui pendant le procès s’étonnait que Quentin, fils d’un sénateur romain, en soit descendu à croire aux superstitions du christianisme, Quentin répondit : « La vraie noblesse, c’est de servir Dieu ». Face aux tentations de la facilité, de l’orgueil et de l’hypocrisie, cette phrase pourrait devenir notre devise.
 
 
Bonne fête aux Quentin!