Pourquoi AUX 2 TABLES? parce que l'homme ne vit pas que de pain....

Qui êtes-vous ?

Ma photo

 Bienvenue sur mon blog "AUX 2 TABLES", où nourritures terrestres et nourritures célestes se côtoient. Sentez-vous libre de grignoter, goûter, déguster l'une ou l'autre selon votre appétit...

samedi 12 mai 2012

Bâtonnets au jambon



J'aime beaucoup recevoir les recettes du blog d'Aja dans ma boite mail.Toujours de bonnes recettes pour Momo. (Et pour nous aussi...;-) )
J'ai découvert ces petits bâtonnets apéritifs,  ce matin en prenant mon petit déjeuner. J'ai su que j'allais les faire très très  vite! Et ce soir même ils étaient sur la table!

Croyez-moi, vous allez bien vous régaler !
Merci Aja.



10 g de levure fraîche de boulanger
150 g d'eau
250 g de farine
1 c à c de sel
2 c à c d’herbes de Provence
8 tranches de jambon
8 portions de "vache qui rit"

Mettre dans le bol, la levure émiettée et l'eau. Cuire 1mn30/ 37°/Vit mijotage.
Ajouter la farine, le sel et les herbes de Provence, et pétrir en fonction épi/ 5mn.

Récupérer la pâte et en faire une boule (avec un peu de farine) la mettre dans un récipient, la filmer, et laisser monter pendant 30mn.

Pendant ce temps, après avoir nettoyer le bol, préparer la farce :

Mettre dans le bol, les 8 tranches de jambon et les "vache qui rit", mixer 2mn/vit 3 progressivement.

Abaisser la pâte en rectangle, déposer la farce, et replier la pâte en 3.




Aplatir la pâte légèrement, et couper en une douzaine de bâtonnets.



Torsader chaque morceau en l'allongeant un peu.





Laisser reposer les bâtonnets sous un torchon, et préchauffer le four à 250°, (environ 20mn)
Cuire environ 10/12 mn en chaleur tournante. (personnellement j'ai mis 225° chaleur traditionnelle, car ma fonction chaleur tournante est HS.)

Se déguste aussi bien, chaud, tiède ou froid.

Vous pouvez varier les plaisirs pour la farce
Mettre du blanc de poulet, du bacon, du surimi-ciboulette, du saumon fumé-aneth à la place du jambon. Avant d'enfourner vous pouvez saupoudrer d'herbes ou de graines de pavot, de sésame, ou comme moi, du za’atar que ma fille m'a ramené de son séjour en Palestine.