Pourquoi AUX 2 TABLES? parce que l'homme ne vit pas que de pain....

Qui êtes-vous ?

Ma photo

 Bienvenue sur mon blog "AUX 2 TABLES", où nourritures terrestres et nourritures célestes se côtoient. Sentez-vous libre de grignoter, goûter, déguster l'une ou l'autre selon votre appétit...

dimanche 22 juin 2014

L’homme ne vit pas que de pain… (Dt8,2-16)

Sous titre de mon blog, cette phrase tirée d’un passage du Deutéronome, veut nous montrer que si les nourritures terrestres sont importantes (et combien d’hommes de femmes et d’enfants ne mangent pas à leur faim?) nous ne devons pas oublier Qui nous les procure et Qui nous donne un Pain nouveau, impérissable!
Allégorie de l'Eucharistie (détail) Alexander Coosemans (1627-1689)
Musée de Tessé, Le Mans.

La fête de ce jour  “La Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ” ou Fête Dieu nous redit quel magnifique cadeau notre Père du ciel nous fait en nous donnant cette “manne” quotidienne qu’est le Corps et le Sang du Christ dans l’Eucharistie!
Évangile selon St Jean chapitre 6, 51-58
Après avoir nourri la foule avec cinq pains et deux poissons, Jésus disait :« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »
Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi.
Tel est le pain qui descend du ciel : il n'est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »





Si Jésus-Christ a voulu se faire pain, c’est pour que nous le mangions! 
Nous pouvons avoir l’impression que le Seigneur se répète dans ce passage de l’Évangile, mais n’est-pas pour nous encourager à croire en ses paroles « dures ». 
Ses auditeurs ont pu se demander si cet homme n’avait pas perdu la raison : déclarer à son public qu’il lui faut le manger, au sens propre du terme ! Impossible sans la foi. 
Nous pouvons entendre ainsi cette question des Juifs : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » 


Dans le sacrement de l’Eucharistie, c’est réellement Jésus-Christ qui se donne à nous. 
C’est le sacrement de l‘union à Dieu qui alimente et entretient la vie divine en nous, et nous fait demeurer unis à lui. 
Manger le Corps du Christ et boire son Sang est le moyen le plus sûr pour nous de rester unis à Jésus. 

Pourquoi Seigneur as-tu « inventé » que nous te mangions ? 
Parce qu’il désire nous communiquer sa Vie Divine. Jésus possède la vie, encore plus, il est la Vie (cf. Jn, 14,6) et il n’est venu que pour nous la donner, et que nous l’ayons en abondance (cf. Jn 10,10).

De même que le pain comme nourriture est nécessaire à la vie de l’homme, de même une nourriture adéquate, le Pain de Vie est nécessaire à la vie éternelle.

Dès notre vie sur terre, dès aujourd’hui je peux vivre de la vraie Vie, la vie surnaturelle. 

Comme le pain pour le corps, ce Pain de Vie conserve et soutient, augmente, restaure et fait s’épanouir la vie de Dieu en nous. 


Quand nous mangeons, par le processus d’assimilation, nous convertissons la nourriture en notre propre substance. Mais quand le Christ se donne en nourriture, c’est nous qui sommes transformés en lui. 

Saint Augustin écrit en faisant dire au Christ : « Je suis l’aliment des forts : aie la foi et mange-moi. Mais tu ne me changeras pas en toi ; c’est toi qui seras transformé en moi ». (Confessions L. VII, c.4.) 

Et Saint Thomas d’Aquin explique : « Il s’ensuit que l’effet propre de ce sacrement est une telle transformation de l’homme dans le Christ qu’il peut véritablement dire : je vis ; non, ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi ». (In IV Sentent. Dist. 12, q. 2, a. 1.). 

Ceci est possible parce qu’en recevant Jésus-Christ, nous le recevons tout entier : son corps, son sang, son âme, son humanité, sa divinité. 


La manne du désert.
C’est le Pain venu du ciel, c’est-à-dire donné par Dieu. Nous ne nous le sommes pas procurés tous seuls. C’est notre Dieu lui-même qui nous nourrit, comme il l’a fait avec nos pères, le peuple d’Israël, au désert. Avec les paroles du psaume nous pouvons chanter : « Pas un peuple qu'il ait ainsi traité ».

Manger Jésus-Christ nous donne donc la vraie Vie, l’Éternelle. 
C’est le Pain du ciel qui nous est donné. 
Par cet aliment, Dieu demeure en nous, et donc nous avons la Vie en nous. 

Cette union à Dieu veut nous entraîner principalement à partager ses mêmes sentiments et désirs. Saint Paul nous y invite : « Ayez en vous les sentiments qui furent dans le Christ Jésus » (Phi 2,5). 
C’est-à-dire l’Amour. Le Fils est tout d’abord aimé du Père, il l’aime et il nous aime.

Cet amour est la raison pour laquelle il s’offre au Père pour nous. Partager les sentiments du Christ, c’est brûler du même amour et se faire offrande au Père avec Christ. 

En cette solennité du Corps et du Sang de Dieu fait homme, contemplons et adorons ce mystère. 
Adoration du Saint Sacrement. Lisieux.


(Cette méditation s’inspire du livre Le Christ Vie de l’âme (1917) Deuxième Partie : Fondement et double aspect de la vie chrétienne, 8. - Le pain de vie - de Dom Columba Marmion (1858-1923), abbé de Maredsous.
Proposée par Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi.