Pourquoi AUX 2 TABLES? parce que l'homme ne vit pas que de pain....

Qui êtes-vous ?

Ma photo

 Bienvenue sur mon blog "AUX 2 TABLES", où nourritures terrestres et nourritures célestes se côtoient. Sentez-vous libre de grignoter, goûter, déguster l'une ou l'autre selon votre appétit...

samedi 24 septembre 2016

Neuvaine à Saint Michel Jour 4



L’étendard de Charlemagne


« Prince et Patron de l’Empire des Gaules ». Tel est le titre que l'empereur Charlemagne a voulu donner à saint Michel archange. Clovis lui avait déjà consacré le royaume des Francs mais Charlemagne l’a confirmé en faisant représenter l'Archange sur l'étendard de son armée, avec inscrite la formule 

« Voici Michel, grand prince, il vient à mon aide ». 



Une fois encore, ce lien entre la France et Saint Michel est au cœur de la vocation chrétienne de notre pays : en pleine expansion du Christianisme, Charlemagne met saint Michel sur ses drapeaux au moment où il fait de la France le rempart de l’Eglise et le défenseur du Pape.
En 774, il apporte son aide au Pape Adrien Ier, menacé par le roi des Lombards, Didier. Puis, il mène des expéditions en Espagne pour soutenir les chrétiens face aux Maures. Enfin en 799 il se porte au secours du Pape Léon III, faussement accusé par ses adversaires de nombreux crimes et emprisonné en attendant d’être jugé. 
Charlemagne le fait libérer et escorter jusqu’à Rome, réhabilitant ainsi le successeur de Pierre. C’est en remerciement pour sa fidélité que le Saint-Père le couronne empereur d’Occident en l’an 800. Une mosaïque de l’époque relate symboliquement ce lien entre le roi des Francs et l’Eglise ; elle représente en effet saint Pierre, premier chef de l’Eglise, remettant un étendard à Charlemagne.



Méditation : Faire confiance au Pape et défendre toujours l'Église.




Aujourd’hui l’Eglise catholique fait toujours l’objet de vives attaques. Persécutions idéologiques et bien sûr physiques : pensons à nos frères Chrétiens d’Orient, et, plus proche de nous, le père Hamel, nouveau martyre pour la Foi. Par ailleurs, les médias déforment régulièrement les propos du Pape ou de prêtres en les sortant de leur contexte pour créer de futiles polémiques.

Dans ce contexte, nous autres catholiques, avons le devoir de défendre l’Eglise qui est notre mère et de suivre son chef, le Saint-Père. Oh pas comme Charlemagne avec une armée, mais simplement, en nous assumant chrétiens dans n'importe quelle situation et en ne laissant jamais insulter le Pape, la Sainte Vierge, Jésus ou l’Eglise sans réagir. 



Ensuite il nous faut faire face à nous-mêmes. Nous sommes, nous aussi, parfois, tentés de mettre en doute ou de critiquer de manière stérile ceux qui nous guident. Et pourtant, nous, chrétiens, devons faire confiance à l'Église et au Saint-Père. N'oublions pas que l'on ne se trompe jamais en obéissant à Dieu et qu'Il a créé l'Eglise pour nous mener vers Lui. Et bien qu'Elle ait traversé de multiples tourments au fil des siècles, elle est toujours là. Les chrétiens de chaque époque ont connu de lourdes épreuves et des moments de doute.  
Le témoignage peut être dur, préserver notre Foi et l’affermir est un vrai combat. Mais nous savons que Dieu ne nous abandonnera pas. 

Prenons comme exemple Mère Térésa, canonisée récemment par le pape François, et qui connut le doute toute sa vie. A nous de rayonner, de défendre l’honneur de Jésus et de l’Église, et de témoigner au Saint-Père notre confiance. Poursuivons la mission que nous avons reçue à double titre : en tant que catholiques, et en tant que français. 



Intention de prière pour la France.

Prions pour l’unité des catholiques en France. Les sensibilités liturgiques, les manières de concevoir notre Foi peuvent différer d’un fidèle à l’autre, d’une chapelle à l’autre, elles sont une richesse pour notre église. Prions pour savoir en profiter sans jamais céder à l’esprit de division qui est toujours l’œuvre du diable.
Dire un "Notre-Père", un "Je vous salue Marie" et un "Gloire au Père".


Intention de prière pour nous.

En France, nous sommes connus pour être facilement râleurs, nous contestons souvent, avec raison ou par principe. En tant que catholiques, nous ne faisons pas exception. Demandons donc à Saint Michel de nous aider à faire preuve d’humilité, sachons retenir nos critiques quand elles ne sont ni bienveillantes, ni constructives. Suivons l’exemple de saint Pierre, lui qui fit confiance à Jésus et accepta de ranger son épée à sa demande, même sans tout comprendre.
Dire un "Notre-Père", un "Je vous salue Marie" et un "Gloire au Père".




Dire la prière de Léon XIII à saint Michel Archange :

Saint Michel Archange, 
Défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. 
Que Dieu exerce sur lui son empire, nous vous le demandons en suppliant. 
Et vous, Prince de la Milice Céleste, repoussez en enfer par la force divine Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes. 
Ainsi soit-il.



Faire le signe de croix.



Pour le dernier jour de la neuvaine, il serait bon que nous assistions à la messe en l'honneur de Saint-Michel.

Pour ceux qui le peuvent, nous vous donnons rdv le 29 septembre à Paris, à l'église Saint-Michel des Batignolles à 19h pour la messe qui sera célébrée par Monseigneur Santier (métro la fourche, 3 Place Saint-Jean, 75017 Paris). Les intentions de prière de cette messe seront celles du dernier jour de la neuvaine.

Pour ceux qui n'habitent pas à Paris, prêtres ou laïcs, n'hésitez pas organiser / vous retrouver à une messe dans votre paroisse.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)